Mercredi, 18 septembre 2019 04:31:53

Un reportage de l'émission d'actualités d'investigation de SABC Cutting Edge a rapporté mardi que le dirigeant des ministères d'Alleluia, Alph Lukau, vise les citoyens pauvres non SudAfricains à témoigner d'être des bénéficiaires de "miracles" en les payant.

Lukau a dominé l'actualité il y a moins d'un mois, lorsqu'il avait "ressuscité" Brighton Moyo, initialement présenté sous le nom d'Elliot. À l'époque, on prétendait que Moyo était "mort" depuis trois jours.

L'enquête a ouvert une boîte de Pandore alors que de plus en plus de personnes se sont élevées contre Lukau et contre tous les actes pour lesquels elles avaient été payées avant la récente "résurrection".

Samantha Revesai a prétendu qu'elle avait été trompée en mentant aux fidèles au sujet de la guérison du VIH. "Je n'étais pas séropositive, je n'ai jamais été séropositive. Ils voulaient que je fasse comme si j'étais positive et ensuite le pasteur a prié pour moi afin qu'ils puissent attirer plus de gens à venir à l'église."

Les avocats de l'église ont toujours affirmé que Lukau n'avait jamais prétendu avoir directement ressuscité l'homme. Bui Gaca, le porte-parole de l'église, a également rejeté les affirmations selon lesquelles les miracles sont des faux.

Les gens ont inondé Twitter pour partager leurs réflexions sur les révélations faites dans le spectacle.

Au plus fort du scandale de la résurrection, les ministères Alleluia sont revenus sur leurs pas et ont dit qu'Eliot respirait déjà lorsqu'il est arrivé à l'église en disant que le pasteur avait "achevé ce que Dieu avait déjà commencé".

 

Avec Sunday Times / Info Média Christ