Imprimer
Affichages : 363

Deux personnes ont été arrêtées dans le cadre de la vidéo sur la résurrection du canular diffusée en février par Alleluia Ministries International du pasteur Alph Lukau.

Phindi Louw-Mjonondwane, porte-parole de l'Autorité nationale des poursuites (NPA), a confirmé mardi à TimesLIVE que deux personnes avaient été arrêtées pour fraude au motif de la résurrection présumée.

"Ils sont en détention. Ils comparaîtront (bientôt) devant le tribunal de Johannesburg pour demander leur libération sous caution", a-t-elle déclaré.

Le porte-parole de la police, le Capt Mavela Masondo, a déclaré en mars que SAPS enquêtait sur trois cas de fraude ouverts en lien avec l'incident de "résurrection".

"Un cas a été ouvert par un salon de pompes funèbres basé à Gauteng, un autre par des personnes se disant préoccupées par la citoyenneté, et un troisième par le pasteur Mboro [Paseka Motsoeneng]", a déclaré Masondo.

«L'homme de la résurrection» Brighton Moyo a emporté ses secrets dans la tombe de Zim

Brighton "Elliot" Moyo - en fuite après avoir été présenté comme personnage principal dans un drame de "résurrection" mettant en scène un prophète autoproclamé - ...

NEWS1 jour

Mboro avait organisé une manifestation dans les bureaux de Lukau pour avoir "discrédité le christianisme" et ouvert une enquête au commissariat de Sandton.

Le salon funéraire Kings and Queens a nié avoir connaissance du défunt ou avoir vendu le cercueil à l'église.

Brighton Moyo, l'homme "faussement ramené à la vie", est décédé d'une pneumonie dans son pays d'origine, le Zimbabwe, a rapporté TimesLIVE cette semaine. Il était connu sous le nom de Thabis Mlanje, 28 ans.

Surnommé à l'origine "Elliot" par Alleluia Ministries, il avait déjà été "guéri" de l'enfermement en fauteuil roulant, a déclaré un de ses collègues.

Moyo, qui selon sa famille vivait en Afrique du Sud depuis 2011, avait été employé par une entreprise de fabrication de portes sur mesure avant de disparaître après le canular "de la résurrection".

L'église avait nié savoir à l'avance qu'il s'agissait d'un "faux miracle".

"A aucun moment le pasteur Alph n'a prétendu avoir ressuscité la personne montrée dans la vidéo, qui lui avait été identifiée comme étant Elliot. Il est clairement indiqué dans la vidéo que lorsque le véhicule mortuaire est arrivé dans les locaux de l'église, il y avait déjà Avant même de prier pour Elliot, le pasteur Alph a déclaré qu'Elliot respirait ", a déclaré l'église dans une déclaration publiée au moment où le scandale a éclaté.

Avec La Rédaction Info Média Christ / Times Live