Ils sont sommés de quitter les locaux. Les membres de l'église évangélique «Mekane Yesus» de la ville de Robe dans l'État d'Oromia en Éthiopie, ont reçu l'ordre des autorités régionales de changer de lieux de culte.

Le 15 mai dernier, ils ont reçu une lettre d'expulsion, signée du maire de la ville. Robe se trouve dans la zone de Bale, à environ 400 km au Sud-Est de la capitale Addis-Abeba. La lettre indique que les voisins autour du bâtiment d'église se seraient plaints du bruit et que les chrétiens devaient arrêter de s'y retrouver. Une décision surprenante pour les membres de l'Église. 

Selon un témoin qui a voulu garder l'anonymat pour des raisons de sécurité, «Si le bruit est le problème, les églises protestantes ne peuvent pas être les premières à être accusées de pollution sonore. D'autres institutions religieuses utilisent des systèmes de sonorisation beaucoup plus puissants dans tout le pays. Le bruit des mosquées et des églises orthodoxes éthiopiennes peut être entendu tout au long de la journée et même la nuit.» Pour cet observateur, il ne fait aucun doute que:

«Cette décision n'est rien d'autre qu'une manifestation d'animosité envers les églises protestantes de la région.»

En effet, la communauté se réunit régulièrement dans le même bâtiment depuis 10 ans sans le moindre incident.  

Propriétés confisquées aux églises orthodoxes

On craint que ces mesures ne s'inscrivent dans le cadre d'un effort concerté visant à décourager les activités chrétiennes dans l'État d'Oromia, berceau du président Abiye Ahmed. Selon le recensement de 2007, l'État était chrétien à environ 51 % (17,7 % de protestants, 30,4 % d'orthodoxes) et musulman à 47,6 %. Il y a déjà eu des tensions dans la région. 

En juin de l'année dernière, 20 chrétiens ont été tués dans la ville de Goba. Bien que certains observateurs aient blâmé des sympathisants du Front de libération du peuple du Tigray, un mouvement armé, une source locale a déclaré que cela s'était produit après que des chrétiens se soient opposés à l'installation d'un monument pour un éminent dirigeant musulman dans la région. 

Certaines églises orthodoxes éthiopiennes ont signalé une augmentation des difficultés. À Woliso, à 120 km au Sud-Ouest d'Addis-Abeba, les autorités auraient confisqué des terres appartenant aux églises et les auraient remises aux adeptes de la religion traditionnelle africaine Wakefeta.

Avec Portesouvertes.f