Mercredi, 11 decembre 2019 04:19:32

En République démocratique du Congo, le ministre de la Santé Oly Ilunga Kalenga met en garde contre les pratiques religieuses visant à guérir Ebola et demande aux pasteurs et autres chefs religieux de “se comporter de manière responsable”.

Une mise en garde qui intervient après que l’Organisation mondiale de la Santé a décidé d‘élever la fièvre hémorragique au rang d’“urgence de santé publique de portée internationale”.

Kalenga a suggéré aux pasteurs des Eglises de réveil d’arrêter de toucher leurs fidèles pendant les cultes. “Ebola est une réalité, Ebola n’a rien de surnaturel, Ebola n’a rien de paranormal. Ebola est une maladie qui est causée par un virus, c’est une maladie qui est guérissable lorsque les patients sont pris en charge très tôt. à l’attention des pasteurs : ils doivent avoir un comportement responsable et se dire qu’en période d‘épidémie, on ne peut pas, on doit arrêter les pratiques d’imposition des mains”, a plaidé le ministre de la Santé.

Un pasteur, premier cas d’Ebola diagnostiqué à Goma, grande ville de plus d’un million d’habitants à la frontière du Rwanda est décédé lundi.

Les autorités sanitaires de Goma affirment que “tous les contacts” du pasteur “ont été retrouvés en moins de 72 heures, y compris le chauffeur de moto-taxi qui l’a conduit au centre de santé”.

Le rythme de l‘épidémie ne faiblit pas. Ces derniers jours, le virus a tué dix personnes dans la province du Nord-Kivu, ce qui porte le bilan total à 1.698 décès depuis le 1er août 2018, selon le dernier bulletin du ministère de la Santé. Parmi eux, 41 agents de santé.