Samedi, 20 juillet 2019 21:28:29

Le président américain Donald Trump s'est dit jeudi favorable à la reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur la partie du Golan occupée et annexée par Israël, une décision qui n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

«Après 52 ans, il est temps pour les États-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté d'Israël sur le Golan, qui a une importance stratégique pour l'État d'Israël et la stabilité régionale», a tweeté M. Trump. 

Cette annonce intervient à quatre jours de la visite de la Maison-Blanche du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en pleine campagne pour sa réélection à l'approche des législatives du 9 avril.

Elle représente un véritable coup de pouce pour M. Netanyahu qui réclame cette reconnaissance avec insistance et se sert de sa relation privilégiée avec le président américain comme argument dans la campagne, présentant les gains israéliens comme des succès personnels dont ses concurrents seraient incapables.

Mi-novembre, les États-Unis ont pour la première fois voté contre une résolution de l'ONU considérant l'annexion israélienne du Golan «nulle et non avenue». C'est le seul pays à avoir voté contre aux côtés d'Israël.

Netanyahu salue l'annonce

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué la volonté du président américain de reconnaître la souveraineté d'Israël sur la partie du plateau du Golan syrien occupée et annexée par l'État hébreu.

«Au moment où l'Iran cherche à utiliser la Syrie comme une plateforme pour détruire Israël, le président Trump reconnaît avec courage la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan. Merci président Trump!», écrit M. Netanyahu sur son compte Twitter.

Israël a conquis une grande partie du Golan syrien (1.200 km2) lors de la guerre des Six Jours en 1967 et l'a annexée en 1981. Cette décision n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Jeudi, Donald Trump a déclaré dans un tweet: «Après 52 ans, il est temps pour les États-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté d'Israël sur le Golan, qui a une importance stratégique pour l'État d'Israël et la stabilité régionale», rompant ainsi avec la position de la communauté internationale.

La déclaration de M. Trump intervient le jour où son secrétaire d'État Mike Pompeo est devenu le premier haut responsable américain à se rendre au Mur des Lamentations à Jérusalem au côté d'un premier ministre israélien, offrant un coup de pouce à M. Netanyahu, en pleine campagne pour les législatives du 9 avril.

Les services du premier ministre israélien ont indiqué que ce dernier s'était entretenu par téléphone avec Donald Trump et l'avait personnellement remercié pour sa prise de position sur le Golan.

Le président américain avait déjà rompu avec le consensus international en reconnaissant unilatéralement en décembre 2017 Jérusalem comme la capitale d'Israël.

La partie orientale de la ville sainte a été conquise par Israël en 1967 et annexée en 1981. La communauté internationale juge illégale cette annexion, et renvoie le statut final de la Ville sainte à des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens.

Avec TVA