Samedi, 28 novembre 2020 23:06:43

Une série d'attaques contre des chrétiens au Nigéria a fait 11 morts, dont un pasteur d'église. 

Les attaques ont eu lieu dans le sud de l'État de Kaduna de dimanche dernier à mardi,   rapporte Morning Star News . Les habitants ont déclaré que les auteurs étaient des bergers peuls, un groupe ethnique majoritairement musulman. 

Le révérend Adalchi Usman, 39 ans, a été tué dimanche dans le village d'Unguwan Madaki, comté de Kajuru, avec trois autres personnes. Il était le pasteur de l'Église évangélique Winning All et père de deux enfants. 

Luka Binniyat, de l'Union populaire de Kaduna du Sud, a déclaré à Morning Star News que le pasteur Usman et les autres victimes avaient été pris en embuscade alors qu'ils voyageaient dans un véhicule utilitaire. 

"Les tueurs sont venus de la brousse et ont juste commencé à tirer sur la voiture. Le conducteur du véhicule, Danlami Dariya, a été enlevé et au moment de la publication de cette déclaration, on ne savait toujours pas où il se trouvait", a-t-il dit. 

Lundi, Bulus Joseph, un fermier chrétien et père de neuf enfants, a été tué par des bergers armés lors d'une attaque contre sa ferme à Sabon Gida Idon, dans le comté de Kajuru. 

"Il a tenu tête aux tueurs pour que sa femme et ses trois enfants puissent s'échapper, ce qu'ils ont fait. Mais il a payé le prix de sa vie, car il a été massacré de manière subhumaine par les meurtriers de sang-froid", a déclaré Binniyat. 

Dimanche également, le chef du village Dan'azumi Musa, 67 ans, sa mère de 97 ans, Kande Musa, et ses frères et sœurs Aniya Musa, 60 ans, et Angelina Irmiya, 45 ans, ont été tués par des bergers peuls près de la région de Banikanwa, à Kachia. Comté.

Mardi, deux autres chrétiens, dont un étudiant de 16 ans, ont été tués dans le comté de Zangon Kataf, dans le sud de l'État de Kaduna. 

Un rapport récent du Groupe parlementaire multipartite pour la liberté ou la croyance internationales (APPG) a récemment dénoncé le manque d'action du gouvernement pour arrêter l'effusion de sang.

Le rapport indique que tous les Peuls ne sont pas radicaux mais que ceux qui le sont "adoptent une stratégie comparable à Boko Haram et ISWAP [Province de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest] et démontrent une intention claire de cibler les chrétiens et les symboles puissants de l'identité chrétienne". 

Le rapport note que le président nigérian Muhammadu Buhari est un Peul. 

"Il n'a pratiquement rien fait pour s'attaquer au comportement de ses camarades de la tribu de la Middle Belt et du sud du pays", indique le rapport. 

IMC / CT