Lundi, 28 septembre 2020 07:17:14

Les églises approuvées par l'État de hina qui ont été forcées de fermer en raison du COVID-19 ne sont autorisées à rouvrir que si elles louent le Parti communiste chinois dans des sermons et louent le président Xi Jinping, selon un nouveau rapport.

Le magazine de la liberté religieuse Bitter Winter rapporte que le Bureau des affaires religieuses de Zhengzhou, la capitale de la province du Henan, a publié à la mi-juin une liste de 42 conditions préalables pour les églises qui cherchaient à rouvrir. Parmi les exigences, les églises ont reçu l'ordre «d'intensifier l'éducation patriotique» et «d'étudier la politique religieuse de la Chine», a rapporté Bitter Winter.

 

De plus, les églises ont reçu l'ordre de promouvoir les «quatre exigences», une campagne nationale lancée en 2018 pour promouvoir la «sinisation» de la religion. La campagne implique l'obligation pour les communautés religieuses de hisser rituellement le drapeau national; promouvoir la Constitution et les lois chinoises, les valeurs socialistes fondamentales et «l'excellente culture traditionnelle de la Chine».

"Au lieu d'un sermon normal, le prédicateur a parlé du patriotisme des travailleurs médicaux pendant l'épidémie, et de leur sacrifice à l'État", a déclaré un membre d'une église des Trois-Autonomies à Bitter Winter. «Ces choses sont importantes, mais les choses politiques ont été discutées la moitié du temps. De nombreux croyants se sont plaints par la suite.

Les églises qui ont refusé de se conformer aux demandes du PCC n’ont pas été autorisées à rouvrir. Dans le Henan, une église n’a pas été autorisée à rouvrir parce que les fonctionnaires n’ont pas approuvé les sermons du pasteur.

«Aucun des 11 lieux de culte de notre région n'a été approuvé pour la réouverture», a déclaré un diacre de l'église à Bitter Winter. «Nous étions occupés à nous préparer à répondre aux exigences de réouverture, mais le gouvernement nous a compliqué les choses à tous égards.

En juin également, le gouvernement de Yucheng, un comté de la préfecture de Shangqiu, dans le Henan, a demandé aux prédicateurs des églises d'État de féliciter le président Xi pour «la bonne façon de conduire les gens à vaincre l'épidémie» et de féliciter la Chine pour sa règle du parti unique. Ils ont également reçu l'ordre de calomnier les États-Unis et d'autres pays, ajoute le rapport.

«Le gouvernement a dit que les églises doivent prêcher sur les affaires nationales si elles veulent rouvrir», a déclaré un membre de l'église du Henan à Bitter Winter. «Avec les discours de Xi Jinping comme contenu principal, il vaut mieux que les églises ne rouvrent pas.»

Un croyant âgé du Henan a déclaré que le Bureau des affaires religieuses interdirait à quiconque de prêcher s'il refusait de coopérer avec les nouvelles exigences.
«Les prédicateurs qui acceptent de prêcher la politique veulent juste que leurs églises soient rouvertes dès que possible», a expliqué le croyant. «Mais ils sont plutôt sécularisés. Ils n'ont aucun moyen de battre en retraite et de se politiser. Les efforts du PCC pour siniser le christianisme ou le placer sous son contrôle absolu sont bien documentés. Il a déjà été rapporté que les autorités communistes ont converti un certain nombre d'églises des Trois-Autonomies approuvées par l'État en centres culturels promouvant les valeurs socialistes de Xi. Au milieu de l'épidémie de coronavirus, les pauvres villageois chrétiens de plusieurs provinces ont reçu l'ordre de renoncer à leur foi et de remplacer les affichages de Jésus par des portraits du président Mao et Xi, sous peine de perdre leurs avantages sociaux. Ces dernières années, des centaines de chrétiens ont également fait face à des arrestations, des détentions, des emprisonnements et des attaques contre des églises. Dans le comté de Yugan, les autorités ont fermé au moins 48 églises des Trois-Autonomies et lieux de réunion entre le 18 et le 30 avril, selon Bitter Winter. Le magazine a rapporté qu'un «nombre incalculable d'églises» avait également reçu l'ordre d'enlever leurs croix à Jiujiang, Fuzhou, Fengcheng, Shangrao et quelques autres villes de la province en avril. Les spécialistes estiment que sur les quelque 60 millions de chrétiens de Chine, environ la moitié fréquentent des églises «maison» non enregistrées plutôt que leurs homologues sanctionnées par l'État. Open Doors, le chien de garde de la persécution, classe la Chine au 23e rang sur sa liste de 50 pays où il est le plus difficile d'être chrétien. L'organisation note que toutes les églises sont perçues comme une menace si elles deviennent trop grandes, trop politiques ou invitent des invités étrangers.

Info Média Christ / CP