Mardi, 1 decembre 2020 04:15:39

Après le départ à la retraite de l'ancien archevêque d'York, le Dr John Sentamu (photo), il n'y a pas d'évêques diocésains en service issus d'une minorité ethnique britannique (UKME) dans l'Église d'Angleterre. Photo par Keith Blundy

Un nouveau groupe de travail a été créé pour superviser les changements visant à réaliser l'égalité raciale dans l'Église d'Angleterre. 

Le groupe de travail anti-racisme est composé de neuf membres et sera présidé conjointement par la révérend Sonia Barron, directrice des ordinands et des vocations pour le diocèse de Lincoln, et la révérend Arun Arora, vicaire du diocèse de Durham. 

Ensemble, ils feront des recommandations sur les mesures immédiates que l'Église d'Angleterre devrait entreprendre pour améliorer son bilan en matière de justice raciale et d'égalité. 

Sa création fait suite à une période de réflexion pour l'Église d'Angleterre après que son organe parlementaire, le Synode général, ait voté en février pour s'excuser du racisme subi par les membres de la minorité britannique (UKME) dans l'Église d'Angleterre depuis l'arrivée de la génération Windrush.

Plus tard dans l'année, l'Église d'Angleterre a fait face à un examen approfondi de sa complicité dans l'esclavage et le racisme, lorsque les manifestations de Black Lives Matter se sont propagées au Royaume-Uni après la mort de George Floyd aux États-Unis. 

Malgré les efforts déployés ces dernières années pour lutter contre les inégalités raciales, l'Église d'Angleterre a eu du mal à attirer des membres du clergé issus de l'UKME. 

Il n'y a actuellement que cinq évêques UKME en service dans l'Église d'Angleterre, mais aucun évêque diocésain UKME après la retraite plus tôt cette année de l'ancien archevêque de York, le Dr John Sentamu.

Selon les derniers chiffres de l'Église, moins de 4% des membres du clergé en service sont d'origine UKME, et seulement une personne sur 10 recommandée pour la formation d'ordination cette année était d'origine UKME.

Le groupe de travail a été mis en place avant le lancement de la Commission des archevêques sur le racisme au printemps 2021. Le travail du groupe de travail consistera à préparer le terrain pour cette commission et à faire de nouvelles recommandations quant à sa mission et sa composition. 

Le révérend Barron, ancien conseiller du Comité pour les préoccupations des minorités ethniques anglicanes (CMEAC), a déclaré: «Le groupe de travail a été mis en place à un moment critique de l'histoire de l'Église d'Angleterre, avec le mouvement Black Lives Matter poussant la justice raciale vers le haut. l'agenda.

«L'Église a une opportunité qu'elle ne peut pas se permettre de rater - nous ne pouvons pas nous contenter de faire des déclarations du bout des lèvres sur les questions de racisme comme nous le faisons depuis si longtemps. Il est vital que nous écoutions toutes les voix différentes et qu'après mission en tant qu'Église, en prenant les mesures appropriées. "

Le révérend Arora a déclaré que l'accent était désormais mis sur l'action, pas sur les mots.

«Depuis plus de trente ans, l'Église d'Angleterre parle de racisme, fait des recommandations et adopte des résolutions. Malgré cela, l'Église reste un lieu qui est plus pauvre en raison du manque de participation de tout le peuple de Dieu à la plénitude de sa vie commune.

<< Le moment est venu pour une mise en œuvre et une action urgentes. Le but du groupe de travail et de la commission ne sera pas de produire davantage de rapports mais plutôt de s'attaquer directement au péché du racisme et aux obstacles qui empêchent l'Église de répondre à son appel afin que la justice raciale est à la fois fait et semble être fait. "

CT / IMC