Jeudi, 25 février 2021 19:17:02

Le Vatican a déclaré que les vaccins contre le coronavirus sont «moralement acceptables» pour les catholiques, même si leur développement impliquait l'utilisation de cellules fœtales avortées.

Dans une déclaration de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi approuvée par le Pape François, l'Église catholique a déclaré que «toutes les vaccinations reconnues comme cliniquement sûres et efficaces peuvent être utilisées en bonne conscience avec la certitude que l'utilisation de tels vaccins ne constitue pas coopération formelle avec l'avortement dont dérivent les cellules utilisées dans la production des vaccins. »

«Il est moralement acceptable de recevoir des vaccins Covid-19 qui ont utilisé des lignées cellulaires de fœtus avortés dans leur processus de recherche et de production», a déclaré le CDF, tel que rapporté par Vatican News lundi.

La CDF a poursuivi en précisant que «l'utilisation moralement licite de ces types de vaccins, dans les conditions particulières qui le font, ne constitue pas en soi une légitimation, même indirecte, de la pratique de l'avortement, et suppose nécessairement l'opposition à cette pratique par ceux qui utilisent ces vaccins. »

«En l'absence d'autres moyens pour arrêter voire prévenir l'épidémie, le bien commun peut recommander la vaccination, notamment pour protéger les plus faibles et les plus exposés», a-t-il ajouté. 

L'organisme catholique a déclaré qu'il pensait que la vaccination devrait être volontaire et a appelé les sociétés pharmaceutiques à rendre le vaccin facilement disponible pour les pays pauvres.

Dans les milieux pro-vie, il y a eu un débat sur l' opportunité de prendre le vaccin Covid-19, comme le vaccin AstraZeneca a été développé en partie par la croissance d' un virus modifié dans les cellules provenant du tissu de rein embryonnaire dérivé d'un avortement pratiqué il y a des décennies, selon Snopes . Les chercheurs ont déclaré que le tissu avorté ne faisait pas partie du vaccin, mais uniquement utilisé pour le tester. 

En outre, le vaccin Moderna a été développé via la lignée cellulaire HEK-293T, qui étaient des descendants indirects de cellules fœtales avortées dérivées d'un bébé avorté aux Pays-Bas dans les années 1970, selon l'agence de presse catholique.

Cela a conduit certains groupes pro-vie, parmi lesquels Georgia Right to Life, à exhorter les partisans à ne pas prendre le vaccin lorsqu'il sera largement disponible.

"La production et le test de vaccins utilisant les restes d'êtres humains avortés, quel que soit le mode de conception, est moralement mauvais et doit être combattu. GRTL exhorte fortement le rejet de ces vaccins", lit-on dans leur déclaration de politique.

Plus tôt ce mois-ci, la Conférence épiscopale d'Angleterre et du Pays de Galles a publié une déclaration en faveur des personnes qui prennent le vaccin malgré ses origines.

Le Rt. Le Révérend Richard Moth, président du Département de la justice sociale de la Conférence, a déclaré que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et l'Académie Pontificale de la Vie ont déclaré qu '«on peut en bonne conscience et pour une raison grave recevoir un vaccin provenant de cette à condition qu’il y ait une distance morale suffisante entre l’administration actuelle du vaccin et l’action illicite initiale. »

«Dans la pandémie COVID-19, nous jugeons que cette raison grave existe et que l'on ne pèche pas en recevant le vaccin», a déclaré Moth.

«Chaque catholique doit éduquer sa conscience à ce sujet et décider quoi faire, en gardant également à l'esprit qu'un vaccin doit être sûr, efficace et universellement disponible, en particulier pour les pauvres du monde.

CP / IMC