Dimanche, 18 avril 2021 17:41:57

Les deux hommes ont été tués lors d'une attaque le 22 février contre un convoi des Nations Unies dans l'est du Congo

Le pape François s'est joint au peuple italien pour pleurer les meurtres de l'ambassadeur du pays au Congo et d'un policier italien dans son service de sécurité, tous deux jeunes hommes que le pape a décrits comme des «serviteurs de la paix et de la loi».

L'ambassadeur Luca Attanasio, 43 ans, et l'officier de 30 ans Vittorio Iacovacci de la police militaire italienne sont morts après avoir été abattus dans une embuscade au Nord-Kivu le 22 février. Leur chauffeur, Mustapha Milambo, a également été abattu alors qu'ils voyageaient en un convoi des Nations Unies.

Attanasio, qui était ambassadeur au Congo depuis 2017, a laissé derrière lui sa femme et ses trois jeunes enfants. Iacovacci était fiancé pour se marier cet été.

Dans un message adressé au président italien Sergio Mattarella le 23 février, le pape François a exprimé ses "sincères condoléances à leurs familles, au service diplomatique et aux carabiniers pour la perte de ces serviteurs de la paix et du droit".

Le pape a décrit Attanasio comme «une personne aux qualités humaines et chrétiennes exceptionnelles, toujours généreuse dans l'établissement de relations fraternelles et cordiales» dans le but d'aider à ramener la paix au Congo

Iacovacci était "expérimenté et généreux dans son service", a déclaré le pape, notant également qu'il était "sur le point de former une nouvelle famille".

Offrant des prières pour le repos éternel de «ces nobles fils de la nation italienne», le pape François a exhorté les personnes en deuil à continuer à faire confiance à Dieu, «entre les mains de qui rien du bien accompli n'est perdu, surtout lorsqu'il est confirmé par la souffrance et le sacrifice».

 

UCA News