Je trouve toute forme de racisme répugnante, surtout quand elle a la tête laide dans l'Église. C'est pourquoi il est déprimant d'en voir autant de preuves récemment. Faire de la discrimination, c'est mépriser une personne créée à l'image de Dieu. L'Église est destinée à fonctionner comme une communauté d'égal à égal; la race, le sexe, le statut social ne devraient avoir aucun attrait pour le peuple de Dieu.

Nous sommes sauvés par la grâce et appelés à partager cette même grâce les uns avec les autres, en nous servant les uns les autres et «dans l'humilité» en considérant les autres mieux que nous-mêmes. Le racisme est également une tache terrible sur le témoignage de l'Église, et il empêche le monde d'avoir un aperçu du futur glorieux que Dieu a prévu pour son peuple.

L'ancien archevêque de Canterbury Rowan Williams a récemment écrit : «La plupart d'entre nous sont conscients que le judaïsme est une foi qui exprime ce qu'il croit de Dieu dans des actions spécifiques, des actions envers les autres, des actions d'obéissance.

L'apôtre Jacques dit quelque chose de similaire à propos de la foi chrétienne aussi parce qu'il a dit: "Je vais vous montrer ma foi par ce que je fais."

James a été très direct: toute forme de favoritisme (c'est-à-dire de discrimination) dans l'Église enfreint la «loi royale» trouvée dans les Écritures. Nous devons aimer nos voisins comme nous-mêmes.

Mais je trouve aussi le racisme incompréhensible. Je n'accepte pas seulement la différence; Je me vautre dedans! Mon fils, par exemple, a une épouse japonaise et nous avons été incroyablement bénis par la contribution qu'elle a apportée à la vie de famille. De la même manière, je continue à remercier le Seigneur pour le pasteur du Zaïre - maintenant connu sous le nom de République démocratique du Congo - qui, il y a de nombreuses années, m'a montré qu'il est possible de se réjouir en temps d'adversité. Et une autre personne que j'admire, quelqu'un que je considère comme mon «fils ghanéen», respire tout simplement l'humilité.

En conséquence, j'applaudis tous les efforts pour débarrasser l'Église, voire le monde entier, du péché du racisme. Comme le dit à juste titre l'archevêque d'York , l'Église doit s'opposer au racisme sous toutes ses formes, appeler à la justice raciale et défier l'hégémonie blanche qui contrôle si souvent encore les récits du monde. Mais si nous voulons faire cela, nous devons évidemment mettre de l'ordre dans notre propre maison. Le racisme inconscient en particulier doit être remis en question, aussi troublant et douloureux que puisse être le processus.

Cela dit, nous devons nous rappeler que nous pouvons également être inconsciemment influencés par d'autres moyens, notamment par les médias avec leur approche ouvertement négative, en particulier lorsqu'ils parlent de l'Église. Mon ami pasteur baptiste Peter Cho, un immigrant sud-coréen au Royaume-Uni, est arrivé à cette conclusion la semaine dernière en regardant le récent documentaire de Panorama  «L'Eglise est-elle raciste? Il était tellement perturbé par ce qu'il ressentait comme l'image injustement négative qu'elle présentait de toute l'Église britannique (pas seulement de l'Église anglicane) qu'il s'est rendu à Londres et a organisé une manifestation d'une semaine devant la BBC! Il était déterminé à faire savoir aux gens que le programme, à son avis, ne reflétait pas sa propre expérience de son appartenance à une minorité ethnique et de son installation au Royaume-Uni. 

"Je n'ai connu que l'amour, l'accueil et le soutien de la majorité des chrétiens que j'ai rencontrés au cours des vingt-cinq années que j'ai passées au Royaume-Uni", m'a-t-il dit. «J'apprécie le fait que le documentaire se soit terminé en montrant le cas d'un vicaire qui a été bien accueilli et accepté par les gens de son église et de sa communauté, mais il y a eu une perte d'équilibre dans le programme. Le titre lui-même n'a servi qu'à améliorer une approche négative de la vie de l'église. "

Nos expériences varieront inévitablement et l'Église sera constamment en deçà de l'idéal de Dieu, mais en tant que personne qui n'hésite jamais à souligner les échecs des Églises, je sens que je dois applaudir la détermination de Pierre à ajouter quelque chose de positif à ce débat en cours. L'Église doit  être nettoyée du racisme, je n'en doute pas, mais ce serait tragique si nous jetions le bébé avec l'eau sale du bain.

CT