Mercredi, 17 juillet 2024 13:21:12

Le personnel de l'Université d'État de Kaduna a contribué à l'enlèvement et à la conversion forcée à l'islam d'un étudiant chrétien, selon un groupe de surveillance du campus.

Dorcas Adedayo Adekanola, une étudiante de 20 ans en première année de chimie à l'université, était un membre actif de la Communauté des étudiants chrétiens lorsque d'autres membres ont remarqué son absence le mois dernier, selon les dirigeants de Campus Mission Watch (CMW).

Ses parents ont reçu un appel téléphonique le 20 septembre d'étudiants chrétiens disant qu'ils étaient bouleversés par le fait qu'elle se comportait étrangement avant sa disparition.

"Elle avait toujours l'air effrayée, ce qui montre qu'elle était menacée par les islamistes sur le campus", ont déclaré les dirigeants du CMW dans un communiqué de presse. "Dorcas n'a pas non plus été vue sur le campus pendant quelques jours."

Après que ses parents aient été informés de son absence, ils ont immédiatement appelé son numéro de téléphone portable.

"Le téléphone de leur fille a été soudainement éteint, ce qui indique que l'appel a été rejeté par ses ravisseurs qui l'ont gardée dans la maison d'un religieux musulman à l'extérieur du campus", ont déclaré les dirigeants du CMW. « Nous pensons qu’elle a été enlevée de force et emmenée hors du campus par les islamistes, de peur que les parents de l’étudiant chrétien ne la retirent de l’université. »

Craignant qu'elle ait été enlevée et forcée de se convertir à l'islam, ses parents ont signalé son absence aux autorités scolaires et au commissaire de police le 20 septembre.

"Le lendemain, soit le 21 septembre, Mlle Dorcas Adedayo Adekanola a été physiquement vue en train d'être transportée dans l'un des bus MAJLIS de l'Université d'État de Kaduna (KASU), appartenant aux musulmans de l'établissement, vers 16h30, vers le bureau du chef de la sécurité du campus. (CSO) », ont déclaré les dirigeants du CMW, ajoutant que ses parents ont été rapidement alertés et se sont rendus au bureau du CSO.

"Mlle Dorcas a raconté à ses parents qu'elle avait été emmenée chez un imam, l'imam de la mosquée du Sultan Bello, dans la ville de Kaduna, où elle a été détenue contre son gré et a menacé de ne pas révéler qu'elle avait été contrainte à embrasser l'islam, avant d'être ramenés sur le campus », ont déclaré les dirigeants du CMW. "Elle a également dit à ses parents qu'une femme musulmane, Mallama Amina, membre du personnel universitaire du Département de biochimie, avait été désignée comme marraine, ce qui avait facilité sa conversion forcée à l'islam en renonçant au christianisme et en récitant Kalma Sha'ada, le credo islamique. »

L’étudiante enlevée a déclaré qu’Amina lui avait également appris à faire les ablutions et la prière islamiques, entre autres pratiques musulmanes, et lui avait donné « beaucoup d’argent et de biens », y compris des vêtements islamiques, selon les dirigeants du CMW.

Le CSO de l'université a soumis son cas au commissaire de police de l'État de Kaduna, qui à son tour l'a renvoyé à la Commission interconfessionnelle de l'État de Kaduna. La commission devait trancher son cas le 29 septembre, mais elle n'a pas encore rendu ou révélé de décision, et Adekanola est restée avec ses ravisseurs, ont déclaré les dirigeants du CMW

"Dorcas reste avec les dirigeants musulmans et n'a pas été autorisée à avoir de contacts avec ses parents ou d'autres chrétiens sur le campus", ont déclaré les dirigeants du CMW. « Cette évolution a créé la peur chez les chrétiens du campus de la KASU, forçant certains à vouloir partir. »

Un porte-parole de l'université n'a pas répondu à une demande de commentaires sur l'affaire. Un représentant de la Commission interconfessionnelle de l’État de Kaduna n’a pas non plus répondu à la demande de commentaires.

Les dirigeants du CMW ont déclaré qu'un groupe bien financé sur le campus, appelé les Sœurs musulmanes du Majlis, faisait pression sur les étudiants et les membres du personnel pour qu'ils se convertissent à l'islam.

« Ce groupe est composé de femmes hautement placées et influentes au sein de l’université. Certains d’entre eux sont des professeurs, des directeurs, des maîtres de conférences issus de cadres académiques et non universitaires », ont-ils déclaré. « Ils sont bien coordonnés et structurés de manière professionnelle. Ils ont des agents au niveau de la haute direction, des directions, des facultés, des départements et même au niveau du syndicat étudiant.

Les dirigeants du CMW ont déclaré que les sœurs musulmanes du Majlis, avec le soutien tacite des dirigeants musulmans de l'État de Kaduna et du gouvernement de l'État contrôlé par les musulmans, mettent en œuvre un plan visant à convertir de force les chrétiens à l'islam en utilisant des charmes, des substances fétiches, la coercition, des menaces et même hypnose.

Ces islamistes des campus exercent également des pressions sur les chrétiens par des enlèvements, des isolements, des privations, de fausses accusations de blasphème, de calomnie, de lavage de cerveau, de ségrégation et de manipulation, ont déclaré les dirigeants du CMW.

Le Nigeria est le pays qui compte le plus grand nombre de chrétiens enlevés (4 726), agressés ou harcelés sexuellement, mariés de force ou maltraités physiquement ou mentalement en 2022, et c'est le pays qui compte le plus grand nombre d'attaques de maisons et d'entreprises pour des raisons religieuses, selon la liste de surveillance mondiale 2023 d'Open Doors. (WWL). Il est également en tête du monde en termes de nombre de chrétiens tués pour leur foi, avec 5 014. Comme l’année précédente, le Nigeria arrive en deuxième position pour le nombre d’attaques d’églises et de personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Dans la liste mondiale de surveillance 2023 des pays où il est le plus difficile d'être chrétien, le Nigeria a bondi à la sixième place, son plus haut classement jamais vu, alors qu'il occupait la septième place l'année précédente.

Morning Star News

 

La vidéo de la Semaine